Queen Émilie les propulse dans une autre dimension

Ungererfy

Bas-Rhin. Dans un palmarès, c’est une ligne que nulle autre ne peut remplacer. Le Barcelone 2017 est remporté par Fred et Yannick Ungerer : premier national France, premier international femelles !

Un Barcelone de légende ! Pas de doute, l’édition 2017 de l’étape catalane demeurera inscrit dans l’histoire de la colombophilie européenne. Pour s’en convaincre, il suffit de se plonger dans les chiffres. En 1987, Vanoppen a gagné à la vitesse de 802 m/mn. En 1989, la victoire allait à  Wim Coenen, à 879 m/mn. Cette année, le Hollandais Leon Rocks de Standdaardbuiten (c’est au-dessus de Rosendael, sur une ligne Anvers-Rotterdam) décroche la palme à 882,56 m/mn : après 1.148 km de vol, son pigeon a été constaté à 12h58. Deuxième international, premier national France et premier international femelles, la famille Ungerer du Bas-Rhin à la vitesse de 802,54 m/mn : cocorico !

001 queen emilie
Vendredi 7 juillet, 9h05 : 17.094 sont lâchés depuis l’Espagne et Barcelone. C’est l’un des plus bas contingents sur Barcelone enregistrés ces dernières années (17.732 en 2016, 26.597 en 2000). La France est elle au rendez-vous de ce sommet de la colombophilie mondiale, avec plus de 3.000 pigeons. Chaleur et vent de bec sont au programme. Première certitude : il n’y aura pas de pigeon le premier jour au point avant, même avec un lâcher au 9h05. Deuxième certitude : ce sera un Barcelone de costaud qui devrait débuter dans le courant de la matinée du samedi.
Samedi, au petit matin, ces prévisions se confirment. Avant 8h, pas de pigeons. Les colombophiles jouant à 900 km sont pourtant aux aguets. Mais rien, pas une plume, pas un signalement sur Pir3. À 10h, toujours rien : les points courts volent désormais sous la barre symbolique des 1000 mètres à la minute. Dans le Bas-Rhin, comme ailleurs dans l’Hexagone, le temps semble long, très long...

 

La suite dans La France colombophile n°305 du 20 juillet 2017