Perpignan, c’est pour Dominique Casail

P8040300

Besny-et-Loizy - Aisne. 39 années, c’est la période qui sépare les deux victoires nationales de Dominique Casail : Barcelone en 1977, Perpignan fin juillet 2016.

Voilà un premier prix qui couronne une belle saison 2016 sur les concours nationaux et internationaux. « Oui, ça fait du bien », confie Dominique Casail : « c’est la cerise sur le gâteau. » Le 25 juillet dernier, ce Picard enlève Perpignan national. Les pigeons avaient été lâchés à 7h15. Dominique Casail, premier annoncé sur Pir3 à 18h14’40’’, ne sera jamais repris : « il est arrivé comme un pigeon de vitesse, en bondissant sur la trappe. » Son 385712-2011 devance Hayat Baesel (auteur d’une extraordinaire saison 2016 : 1er national femelles Perpignan, 2e national Saint-Vincent, 2e national Perpignan), Roger Lamy, Nadine Chourot et Serge Dhont. Le  385712-2011 a un très beau palmarès et il sait de qui tenir : il est le demi-frère du 444931-2005, 12e international sur Pau. Bref, une lignée de grande valeur.

L’Aisne est à la fête en cette saison 2016. Souvenez-vous de Michel Tant d’Urvillers, premier national sur Pau 2016. Michel Tant et Dominique Casail, les deux hommes se connaissent bien... Le second ne jouerait certainement pas sans le père du premier. Le père de Dominique Casail était gendarme et ne manquait jamais dans ses tournées de faire une petite halte à la ferme Tant. Sauf qu’interdiction stricte d’implanter un colombier dans la caserne. « Mon père a joué sur un terrain qu’il a loué au nom de sa femme... Je suis né en 1952, j’ai constaté mon premier pigeon en 1959 sur un Argenton. » En 1961, le père de Dominique Casail est muté au peloton motocycliste de Laon. Il stoppe la colombophilie avant de reprendre en 1966, à Laon. Les Casail joueront ensemble jusqu’en 1990 : en 1977, le père et le fils décrochent même un premier prix national Barcelone, premier international femelles. « En 1990, mon père a fait...

La suite à découvrir dans la France colombophile n°281.