Quand un Français gagne le Saint-Vincent belge...

Img 8464

Poperinge (Belgique). Mi-Français, mi-Belge, 100% Flamand, Olivier Desprez a remporté mi-juillet le Saint-Vincent national belge et manqué la victoire internationale pour quelques secondes.

Le 15 juillet, bon nombre de colombophiles français se sont gratté les yeux en découvrant que le premier national Belgique sur Saint-Vincent 2017, le deuxième international derrière de Hollandais Kok Marlon et le Belge Noël Peiren était Français. Vous avez dit bizarre ? Quand on habite le Nord de la France, est-on désormais autorisé à être classé avec nos voisins belges ? Non, l’ouverture et les règles européennes ont leurs limites que bien des freins et des conservatismes empêchent d’outrepasser... Un Français a-t-il été autorisé à enloger en Belgique pour finalement se retrouver dans les signalements ? Non, rien de tout ça. Olivier Desprez, colombophile français, est tout simplement résident belge. Il habite de l’autre côté de la frontière, à Poperinge et on peut dire qu’il est un beau représentant tricolore outre-Quiévrain. De 2013 à 2016 (nous sommes toujours dans l’attente des résultats internationaux 2017…), il réalise 42 prix de 70 enlogés sur les concours internationaux, soit 60% de prix. Sur Barcelone, en 2013 et 2017, il a engagé 17 pigeons pour 14 prix, soit 83% de réussite, avec un 5/5 en 2016, un 4/4 en 2017. En 2016, il est l’un des meilleurs du pays et décroche une sixième place au championnat de Cureghem Centre. Premier national et deuxième international sur Saint-Vincent 2017, Olivier Desprez a aussi décroché, en ouverture de la saison, un troisième prix national sur Bourges vieux où 23.555 pigeons étaient engagés. Voilà planté le décor de notre frenchy de Poperinge, une ville bien connue des colombophiles nordistes pour abriter la firme de grains Bonduelle.

« Frontalier »
Est-il Français ? Est-il Belge ? « Je suis un frontalier ! », répond Olivier Desprez. Le bonhomme a raison, il est certainement...

 

La suite à découvrir dans La France colombophile n°309 du jeudi 14 septembre 2017.