Un retour en fanfare avec un 1er Nord-Pas-de-Calais

Img 3991

Sains-en-Gohelle (Pas-de-Calais). Après une interruption de 25 années, Christophe Happiette est de retour. Et cela se voit !

Retenez bien le nom de cette colonie du Pas-de-Calais, Christophe Happiette de Sains-en-Gohelle, ancienne cité minière du Béthunois. Elle est toute nouvelle et enchaîne d’ores et déjà les premiers prix dans les concours de fond. La priorité est claire : s’affirmer rapidement comme l’une des meilleures colonies françaises sur les concours de grand fond et les épreuves internationales. Le bonhomme semble armer pour…
Lorsqu’on est un jour colombophile, on l’est pour la vie ! Cet adage s’applique parfaitement à Christophe Happiette, de retour aux affaires après une interruption de… 25 ans ! « J’ai dû stopper pour des raisons professionnelles », explique notre champion du Pas-de-Calais. Après avoir été dans ses premières années d’activité – et il n’hésite pas à remettre régulièrement le tablier, notamment pour les banquets et rendez-vous colombophiles –, Christophe Happiette est depuis longtemps maintenant chargé de clientèle à Soginorpa Maisons et cités, une société qui gère les anciens logements des Houillères du Nord-Pas-de-Calais, soit quelque 60.000 logements. Christophe Happiette était basé à Lille quand, il y a trois ans, on lui a proposé une mutation à dix minutes de chez lui, à Bruay-la-Buissière : « cela redevenait plus facile » pour jouer à pigeons, pigeons qu’il a découverts à l’âge de 9 ans chez son oncle Jules : « j’ai assisté à une arrivée de Survilliers et aujourd’hui encore, je m’en souviens parfaitement. Mon oncle m’a donné l’amour pour le pigeon voyageur et m’a formé. »

Comment repartir sur de bonnes bases ? Il faut d’abord les installations. Ancien président des internationaux en France, René Bonnin est alors sur le départ, de la Picardie vers la Normandie. Il vend sa maison et Christophe Happiette s’intéresse à son colombier. Sauf que la nouvelle propriétaire ne veut guère le céder : elle pense en faire un abri de jardin avant de rapidement se rendre compte que ce n’est guère adapté. Christophe Happiette récupère et installe le colombier de René Bonnin : c’est aujourd’hui le principal colombier de jeu. On trouve aussi dans le jardin un abri de jardin qui abrite des femelles jouées au naturel, un beau colombier avec une volière pour les reproducteurs, plus quelques colombiers volières pour d’autres reproducteurs et des femelles.
Voilà pour les installations, mais quelles bases pour redémarrer ? Christophe Happiette se tourne alors vers ses proches de l’association des Amis d’Agen et quelques connaissances. Le meilleur de chez Alain et Valérie Pocholle, José Apestéguia, Jack Gruson, Jacques Dangremont (colonie Manna Eva), Emmanuel Guyot et Sylvain Meiller peuplent aujourd’hui les colombiers de Sains-en-Gohelle. À cela, il faut ajouter des acquisitions de Jos Thoné et de Wijnans. « Avec toutes ces origines, j’espère pouvoir constituer mon propre sang. »


La colonie est aujourd’hui composée de 20 veufs, d’une trentaine de célibataires d’un an, de 28 femelles de jeu, d’une trentaine de couples de reproducteurs/éleveurs, de 70 jeunes (joués sur perchoir, quatre fois en vitesse, quatre fois en demi-fond). Les concours du Calc sont joués « pour l’éducation » des pigeons pour les futurs internationaux que le maître des lieux ambitionne : tous seront joués cette saison, sauf Barcelone, avec plus particulièrement des femelles sur position pour Pau, Narbonne, Marseille et Perpignan. Mais si les concours du Calc sont joués en prévision des grandes joutes internationales, cela n’empêche guère Christophe Happiette de se faire remarquer ! Le 21 mai dernier, pour l’ouverture de la saison des ALC-CALC, Christophe Happiette s’imposait avec une femelle sur le Saint-Junien yearlings, avec la plus grande vitesse du concours toutes catégories confondues. Au groupement de Béthune, il a également décroché depuis le début de l’année un premier prix sur Châteauroux 1 an fédéral et sur le Brive 1 an du Calc avec la....

La suite à découvrir dans la France colombophile n°278.